Handikayak

Que ce soit de naissance ou suite à un accident, tout handicapé s’est retrouvé limité ou isolé dans sa pratique sportive. Pourtant de nombreuses disciplines se sont ouvertes aux différents handicaps mais souvent il s’agit d’adaptations limitant, on change les règles du jeu (exemple du tennis ou du basket…), on fait appel à des accompagnateurs et du matériel très spécifique (exemple du vélo de montagne…). Dans tous ces cas malgré un accès à la pratique, difficile d’être à l’égal des valides.

L’énorme avantage du kayak est la possibilité d’oublier ces différences. Particulièrement adapté aux handicapés « fauteuil », il est possible d’être à l’égal des valides ou de pratiquer en famille. Le kayak est également accessible aux malvoyants, aux déficients mentaux légers et même aux personnes handicapées d’un membre supérieur.

 

Pourtant, peu de personnes de ces publics spécifiques franchissent le pas. Plusieurs raisons à cela :La peur de l’eau ou le manque d’aisance aquatique. Il est évident que la pratique du kayak est intimement liée à la maitrise du milieu. La natation est même LE paramètre essentiel à notre sécurité. Mais, une fois un minimum acquis, nous organisons des séances en piscine afin d’apprendre et de perfectionner la nage. Dans certains cas nous renforçons la sécurité en adaptant le matériel, par exemple en utilisant des gilets de raft plus flottant ou en ajoutant un accompagnateur dédié à la personne handicapé.La peur de se retrouver isolé parmi des valides. C’est l’inverse puisqu’une fois sur l’eau l’handicap est oublié. L’accès difficile à l’eau. Il est évidant que toutes les plages ne sont pas équipées de rampe bétonnée, il n’y a pas de ponton sur tous les torrents… et heureusement pour la nature ! Mais cela est un faux problème. En effet il est toujours possible de débarquer dans un endroit plus accueillant, d’utiliser des fauteuils tout-terrains adaptés ou à défaut de porter la personne. Cela oblige la personne handicapée à faire des efforts et aux valides à lui être solidaires… et c’est bien là le but !adaptation aux spécificités de l’handicap. En effet chaque personne est différente et chaque handicap est particulier. Il est donc nécessaire de personnaliser le matériel. En fonction des difficultés motrices et sensorielles rencontrées, le pratiquant doit adapter ses calages pour répondre au mieux à ses exigences. Si besoin, possibilité de calages complémentaires: coques hautes, gouttières en mousse, calages dorsaux ou latéraux adaptés,…. Pour la pagaie il est possible de décroiser les pales, de réaliser des orthèses personnalisées parant à une difficulté initiale de préhension… En dernier recourt il est possible de réaliser de nombreux aménagements  pour répondre à certains problèmes de préhension, d’amplitude articulaire, de force… Cette démarche d'adaptation est similaire à celle d'un kayakiste valide (recherche des calages appropriés à sa morphologie, recherche de la position permettant un rendement optimum, recherche d'un confort, prévention cutanée…) Dans des cas très spécifiques, la Fédération peut même nous venir en aide. Les locaux non adaptés. Cela est hélas très courant dans notre sport. Les infrastructures sont très souvent inhospitalières aux handicapés (escaliers, rampes très pentues, sanitaires non adaptés…). Pourtant on n’est jamais seul. Avec un peu d’aide des autres pratiquants il est possible de tout faire… même du camping sauvage.Par manque de lisibilité au travers des médias. Handisport rime très souvent avec basket ou athlé. Pourtant notre Fédération, la Commission handikayak du Comité Régional   sont très actifs et nous aident beaucoup à développer cette activité. Reste à le faire connaitre…    

Dans le cadre de la rééducation, ce sport est un outil rééducatif. De nombreux acquis sont possibles au travers d'une pédagogie adaptée au potentiel de la personne (renforcement musculaire, amélioration de l'équilibre assis, amélioration des schémas moteurs, réapprentissage à l'effort...)Comme toute activité sportive, le kayak, de par sa pratique, permet à la personne handicapée physique de retrouver une identité sportive, de se réapproprier son corps, de le respecter et surtout de vivre des moments de plaisir.Par ailleurs, le kayak, quelque soit son degré de mobilité, est un outil d’exploration inégalé. Que ce soit en rivière, en mer ou sur des eaux calmes, le kayak permet d’accéder au plus proche aux milieux naturels. Ceci est d’autant plus vrai pour des personnes limitées par leur fauteuil le reste du temps.Enfin, un des aspects essentiels de l’intégration des personnes handicapées dans notre association est d’inverser les rôles. En effet, ne serait ce pas plutôt les valides qui s’éduquent au contact de ces personnes « différentes » en adaptant leur comportement, en renforçant l’entraide, en taisant leurs petits bobos, en prenant exemple sur le courage quotidien d’une personne handicapée…

Le marathon de l'Ardèche canoe-kayak se disputera le 13 novembre prochain. Cette épreuve très populaire est accessible aux sportifs Handisport depuis maintenant 3 éditions. Un challenge open Handikayak est proposé (en monoplace ou biplace handi/valide) et un classement sera réalisé si le nombre d'inscrits dans cette catégorie correspond aux critères du Marathon.A cette occasion la Ligue Rhône-Alpes Handisport propose aux licenciés Rhône-Alpins un "pack Handisport Rhône-Alpes" :  transport depuis Lyon ou rendez-vous sur Vallon, hébergement, repas, inscriptions, matériel et encadrement. Ce pack est également accessible aux sportifs hors Rhône-Alpes en fonction des places disponibles.Pour participer au challenge Handikayak et vous inscrire grâce à votre licence FFH, il vous suffira de cocher la case "FFH" sur le formulaire d'inscription disponible à l'adresse : http://www.marathon-ardeche.com/Pour plus d'infos et pour bénéficier du "Pack Handisport", n'hésitez pas à contacter, Romain DIDIO, CTFR Canoë-Kayak de la Ligue Rhône-Alpes handisport au 06 17 46 62 82 ou à l'adresse mail : canoe@handisport-rhonealpes.org



Tournée 2012 Handi Voile 06
 Favoriser l’intégration et la mixité sociales.

 

 

 Homme libre, toujours tu chériras la mer ! » disait Baudelaire, qui rappelait avec raison que la mer a toujours éveillé notre imaginaire et suscité rêve, passion et sensation de liberté. C’est pourquoi nous voulons que la splendeur qu’elle revêt, ici dans les Alpes-Maritimes, profite à tous.C’est dans cet esprit que la tournée « Handi Voile 06 » investit chaque année les plages du département afin de permettre aux personnes touchées par un handicap de pouvoir pratiquer gratuitement et de manière adaptée la voile et le canoë-kayak. 

Et cette démarche aura encore rencontré un beau succès en 2012 : plus de 400 participants ont effectué environ 700 sorties cet été sur les 8 handiplages des Alpes-Maritimes, de Mandelieu-la-Napoule à Cannes, Antibes, Cagnes-sur-Mer, Saint-Laurent-du-Var, Nice, Cap d’Ail, jusqu’à Roquebrune-Cap-Martin.

 

 

Calendrier •  Retour sur toutes les étapes de la Tournée Handi Voile 06 2012.

 

Inaugurée en 2006, la 7ème tournée Handi Voile 06  initiée et financée par le Conseil général des Alpes-Maritimes vient de s’achever. L’objectif de favoriser la découverte des sports nautiques en les rendant accessible aux personnes en situation de handicaps a été atteint.443 personnes ont pu bénéficier d’une sortie en mer, en famille ou entre amis. Au total, voile et kayak confondues,  695 sorties ont été proposées dans les 8 communes du département impliquées dans la mise en place d’Handiplage et dans l’accueil d’une étape de la tournée. Je vous donne rendez-vous l’année prochaine pour revenir goûter aux joies de la navigation.